Ma vie de minou

Goûter au plaisir fessier avec mes africionados des fesses…

S’il y a une chose sur mon corps que je n’aime pas regarder en face, c’est bien mon postérieur. De loin que je me souvienne, je n’ai jamais voulu en avoir de plus gros. Le truc, c’est qu’à chaque fois que j’ose regarder mes fesses dans le miroir, je pouffe de rire et je dis : « éh ! Regarde fesses de quelqu’un ! ». Mes fesses sont plates. Enfin, tout l’arsenal est plat donc, bof !

C’est quoi déjà les fesses ?

Une innocente paire de fesses

Les fesses, sont un mélange à la fois de cellules adipeuses et de muscles (biologie). Le muscle fessier nous permet de marcher, de nous asseoir et les fesses protègent l’anus (je me dis). A côté, il y a cette fascination des gens « mateurs » de fesses. Pour ces personnes, les fesses ont cette fonction érotique, ce goût de séduction qui en fait l’objet de mille et un fantasmes. Les fesses (des femmes) sont sexualisées à un tel point que, n’importe quelle position ou posture est interprétée comme une invitation à mater, siffler, ou carrément à toucher. Pour ce billet, je préfère rester dans un contexte d’érotisation consentie. Je vais vous raconter un bout de mon triangle de plaisir : mes amants – mes fesses – moi.

Un atout de séduction – il paraît

Franchement, je n’ai jamais misé sur mon joli petit popotin pour attirer un amant.

J’ai plutôt un beau visage, je suis intelligente, mes belles cuisses claires m’aident aussi quand je joue la séductrice. Mes fesses, ça sert bien pour m’asseoir, marcher et remplir mon slip. C’est pas plus mal – je me disais. Jusqu’au jour où, un tendre amoureux m’a dit : « tu m’allumais en bougeant ton popotin devant moi ». J’ai plaidé non coupable. Je ne faisais que marcher NORMALEMENT et lui, dit avoir été séduit. D’accord, c’est bon à savoir.

Un autre amant m’a également confié que, la première fois qu’il m’a vue à ce spectacle d’humour, il n’a pas pu « se détacher de mes fesses ». « Tu as de belles fesses ». Ok, je prends encore. Sauf que, ça ne résout pas le problème. Ce n’est pas parce que quelqu’un aime mes fesses que je cours systématiquement les regarder et les couvrir de câlins en guise de je-ne-sais-quoi !

Mon problème avec mon joli petit cul, ce n’est pas tant que je le déteste. Mais entre nous, ce n’est pas facile de se regarder le postérieur et le  bichonner comme on le ferait pour le visage, les mains, les pieds, les cheveux, la vulve, etc. Avouez ! Y a un gros risque de torticolis… En tout cas, que Dieu bénisse celles qui aiment trop leurs fesses – respect !

Deux ou trois fessées pour pimenter la baise – c’est le must !

Belle vue du sexy popotin!

Dans le kamasoutra, j’ai un faible pour les positions qui offrent mes fesses à mon tendre amant. Je préfère quand il arrive à les prendre dans ses mains et quand elles sont bien en évidence sous ses yeux excités. Levrette – Andromaque – Dos au mur – L’amazone – Cheval inversé; avec ça, le beau petit popotin est à l’honneur et participe à l’ascension au septième ciel.

« Mets-moi une fessée ! » - « Plus fort ! », c’est excitant de le dire pendant une baise. Mieux, c’est jouissif de voir le partenaire s’exécuter et le sentir durcir à chaque gémissement occasionné par sa fessée. Y a pas meilleur moment où je rends grâce pour mes fesses.

Une fois, après l’orgasme, un amant a posé un doux baiser sur ma fesse – c’était bandant ! Après il a posé sa tête dans le creux de mon dos, sa joue frôlait mes fesses – j’ai aimé cette pause câlin fessier.

J’affectionne particulièrement ces moments de tendresse où je me plote les fesses, ou quand c’est un invité qui le fait. Il m’arrive de prendre mes fesses en photo pour les regarder ou autre chose (comme les envoyer à quelqu’un pour le chauffer).

Est-ce qu’après tout ceci je regarde mes fesses autrement ? Je ris toujours quand je les regarde tchai !

Pour la route :

Les fesses sont pour certaines femmes, une zone érogène (c’est mon cas). Stimuler cette zone peut créer ou augmenter le désir sexuel – voire accélérer l’orgasme.

Quand on tombe sur un.e partenaire qui se trouve être un africionado des fesses, on est bien partie pour explorer l’étendue du plaisir fessier.

1 commentaire

  1. J’ai adoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.